HomeChroniquesAnima Mysterium, le monde pas si fantôme de Yugen Blakrok

Anima Mysterium, le monde pas si fantôme de Yugen Blakrok

yugen-blakrok-anima-mysterium-1

Nous sommes ici pour parler musique. Par conséquent, nous n’allons pas évoquer le concept d’Anima Mysterium. Ce n’est pas ce que vous attendez ici et il n’y aurait aucun intérêt à relater plus ou moins brièvement les réflexions de Yugen Blakrok et du producteur Kanif the Jahmaster, que vous pouvez retrouver un peu partout en version longue et directe. Soit de manière beaucoup plus intéressante.

Néanmoins, le monde dans un autre qu’est cet Anima Mysterium démarre plutôt fort. Ou presque, Gordon Madonna laissant une introduction instrumentale tranquillement nous porter vers le sujet. Puis l’on retrouve l’interprétation puissante de Yugen Blakrok. Un chant rappé qui tranche tel un couteau on ne peut plus affuté. Et il en va de même concernant les beats de Kanif.

Mais le duo n’est pas seul. S’il a reçu la participation de Joel Assaizky dans sa production, ce n’est pas tout. On retrouve ainsi des featuring : Zetina Mosia, Jak Tripper, Kool Keith, Bravestarr, Historian Himself & Fifi The Raiblaster. De quoi perpétuellement insuffler des approches différentes. Zetina Mosia n’est par exemple pas innocente à l’univers planant d’Hydra, qui serpente entre nos oreilles.

Au-delà de l’ambiance hip-hop, l’on navigue au beau milieu d’une atmosphère trip hop, rendant le voyage particulièrement envoutant. Les sonorités semblant tirées de la bande-originale d’un film de science-fiction, nous font traverser des galaxies jusqu’ici inexplorées.

Anima Mysterium nous offre un véritable cocktail de genres transcendant. Si bien que l’on se réjouit que Yugen Blakrok n’hésite pas à briser les codes.

www.facebook.com/YugenBlakrok

/

Written by

Situé musicalement entre Staircase Paradox et Ace of Base, en passant par le grind hip-hop. https://twitter.com/ratedRjoker https://www.facebook.com/INODratedRjoker

No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.