HomeChroniquesAnja Garbarek illustre les troubles psychiatriques sur The Road Is Just A Surface

Anja Garbarek illustre les troubles psychiatriques sur The Road Is Just A Surface

Anja Garbarek

Norvégienne, père du compositeur et saxophoniste Jan Garbarek, Anja Garbarek n’en est plus à ses premiers pas. Après un premier album Velkommen inn (Welcome in) sorti en 1992, l’artiste a continué de nous surprendre au fil des années avec des opus toujours plus audacieux. Le temps s’était écoulé depuis la parution de Briefly Shaking en 2005, mais Anja Garbarek est désormais de retour avec The Road Is Just A Surface, dans les bacs depuis le 31 août dernier.

Pour ce cinquième album, la chanteuse a vu grand ; deux éditions et une incursion dans les univers du théâtre et de la danse. En effet, The Road Is Just A Surface  est disponible dans sa version originale théâtrale, Red, de 70 minutesainsi que dans une version Yellow, éditée et remixée de 50 minutes. Et sur scène, Anja Garbarek n’a pas livré un simple concert, mais y a associé les arts dramatiques et des chorégraphies afin de nous conter l’histoire de Bob, personnage principal pris au piège dans le labyrinthe de ses propres émotions.

Grincements, raclements, bruits sourds, voix… Anja Garbarek nous fait vivre une véritable expérience sensible, une sorte de cauchemar éveillé grâce à des arrangements maîtrisés à la perfection. Et il n’y a rien d’étonnant à cela quand on connaît son audace, qui lui vaut d’être souvent comparée à Björk. La chanteuse nous propose une immersion au cœur de la folie, comme elle l’explique elle-même dans un communiqué « Cette fois, les images ont été inspirées par un certain nombre de documentaires sur les troubles psychiatriques. Nous sommes tous vulnérables d’une manière ou d’une autre, nous perdons de l’adhérence ou rencontrons une résistance semblant invincible. Le défi consiste alors à briser les vieilles routines qui nous empêchent d’aller de l’avant.« 

Si sa musique semble parfois nous faire plonger dans l’horreur, sa voix agit comme un rayon lumineux nous guidant dans l’obscurité. Entre ombre et lumière, et toujours avec cette même imprévisibilité qui la caractérise, Anja Garbarek nous envoûte et nous tient en haleine au gré de titres tels que In BetweenThe Witness, ou encore Never Both.

The Road Is Just A Surface n’est pas un album qui s’écoute, c’est une musique qui se vit. Les années auront été longues avant de pouvoir découvrir ce nouvel opus, mais le résultat dépasse les attentes.

.

www.anjagarbarek.com

www.facebook.com/pg/AnjaGarbarek

.

Written by

Etudiante, je suis une passionnée d'art, et plus particulièrement de musique et de cinéma. Attirée par le milieu du journalisme et de la communication, j'aime partager mes petites découvertes artistiques avec les autres.

No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.