HomeClipsBOBBIE, un vent de douceur avec « Lifetime »

BOBBIE, un vent de douceur avec « Lifetime »

Bobbie - Lifetime

L’art peut être thérapeutique. Cette affirmation ne fait aucun doute à nos yeux mais, pour ceux qui seraient sceptiques, nous ne pouvons que leur conseiller d’écouter le titre Lifetime de BOBBIE, dont le clip sorti récemment est un vrai moment d’apaisement.

Baignée depuis sa plus tendre enfance par l’Americana, le blues et le jazz dont son père raffolait, BOBBIE s’est forgée un univers qui sent bon la liberté et les grands espaces. Sans emphase, avec une finesse délicieuse pour les oreilles, ses chansons nous plongent dans le Grand Ouest américain. Et pourtant, c’est bien de notre Hexagone que nous vient cette chanteuse aux mots anglais. À l’écoute de son premier EP An Elegy For, sorti l’an denier, nous n’avons aucune difficulté à comprendre pourquoi des compositeurs tels que Michael StevensJames Newton Howard ou encore Mathieu Lamboley, ont fait appel à elle. Sa voix est chaude et bienveillante, semblable à un petit bonbon qui viendrait fondre délicatement. Jamais dans l’accentuation, toujours en légèreté, BOBBIE nous invite dans son petit cocon musical. L’ambiance est intimiste et nous donne la sensation que les musiques sont jouées rien que pour nous, dans notre salon.

En attendant avec impatience l’arrivée de titres inédits sur lesquels la jeune femme est en train de travailler, nous pouvons (re)savourer la morceau d’ouverture de l’EP, Lifetime, dont le nouveau clip nous propose un moment d’égarement et de relaxation. BOBBIE y chante les hauts et les bas de la vie, et le fait que, même quand nous tombons au plus bas, il y a toujours l’espoir de se relever. C’est beau, et c’est à découvrir sans plus attendre.

.

www.bobbiemusic.com

www.facebook.com/bobbiemusicofficial

.

Written by

Etudiante, je suis une passionnée d'art, et plus particulièrement de musique et de cinéma. Attirée par le milieu du journalisme et de la communication, j'aime partager mes petites découvertes artistiques avec les autres.

No comments

leave a comment