HomeLive ReportsCharlotte Gainsbourg à la Philharmonie de Paris pour le Festival Days Off

Charlotte Gainsbourg à la Philharmonie de Paris pour le Festival Days Off

IMG_0109

Charlotte Gainsbourg était en concert dans la Grande salle Pierre Boulez, à la Philharmonie de Paris, ce mardi 9 juillet, dans le cadre de l’excellent Festival Days Off.

C’est dans un décor sobre, habillé de cadres et de contours lumineux, qu’elle et ses musiciens entrent en scène. Tous sont habillés en pantalons, vestes denim et tee shirts blancs. Le style Gainsbourg s’impose immédiatement.

Puis les notes de Lying With You résonnent et tournent en premier, le morceau évoque la mort de son père. Charlotte Gainsbourg se met tout de suite au piano. Sa voix est timide, elle murmure presque. Elle ne se mettra sur le devant de la scène et dans la lumière que vers le cinquième morceau. Elle confiera même un peu plus tard : « Vous m’avez foutu la trouille ». 

Elle joue ensuite la quasi totalité de l’album Rest (composé avec Sebastian et sorti en novembre 2017), son album le plus personnel, envoutant et tout en confessions intimes. Elle le défend encore superbement sur scène avec une belle sensibilité et une certaine élégance musicale. 

Elle y rajoute les morceaux Bombs Away, Such a Remarkable Day et Lost Lenore du mini album Take 2 (sorti en 2018) ainsi que les « indispensables » Heaven can wait et The Songs That We Sing.

Les arrangements sont une déluge ravissant de sons pop électro et de boucles entêtantes. 

Deadly Valentine en tête, avec son pont musical magistral de pure techno et le final fou sur Les Oxalis.  

La scénographie très esthétique est d’une classe folle. On en prend plein les yeux. 

Tour à tour suspendues ou encadrant les silhouettes, les lumières aux faisceaux et néons blancs créées une certaine ambiance, font parties intégrantes du concert et jouent avec chaque notes comme un partenaire clé qui s’ajouterait sur les morceaux. 

Le moment le plus émouvant reste lorsqu’elle interprète le titre Kate suivi de Charlotte For Ever, impossible alors de ne pas penser à sa soeur et à Serge Gainsbourg. 

Et que dire de la chanson finale, Lemon Incest, qu’elle chante assise sur son piano, tant attendue, incontournable et bien sur sublime. 

On sort de ce concert évidemment un peu ému, en jetant un dernier regard vers Jane Birkin, présente dans la salle ce soir là. Et Charlotte définitivement for ever.

Setlist : 

Lying With You

Ring‐a‐Ring o’ Roses

I’m a Lie

Heaven Can Wait

Sylvia Says

Paradisco

Bombs Away

Deadly Valentine

Kate

Charlotte for Ever

Rest

Les crocodiles

The Songs That We Sing 

Such a Remarkable Day

Les oxalis

Rappel : 

Lost Lenore

Lemon Incest

www.facebook.com/charlottegainsbourg

No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.