HomeChroniquesElle est libre, Jeanne Cherhal

Elle est libre, Jeanne Cherhal

image1-3

Jeanne Cherhal a 40 ans, enfin 41 plus exactement. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle le vit plutôt bien. 

L’An 40, c’est d’abord une pochette. Jeanne Cherhal pose au naturel, sans artifices, sans maquillage et sans retouches, toute aisselle dehors et poilue. Elle dégage de la sérénité sur cette photo prise par Mathieu Zazzo, et aussi l’affirmation d’une certaine liberté. 

L’introduction de l’album, le morceau L’An 40 justement, illustre parfaitement cette sensation. Nous sommes immédiatement saisis par les notes de ce piano délicatement posées pour entrer très sereinement dans la quarantaine, sa quarantaine. Jeanne Cherhal dira d’ailleurs : « L’An 40, c’est le point d‘équilibre entre ce que l’on a déjà accompli et tous les possibles ».

Enregistré entre Paris et Los Angeles, le sixième et nouvel album de la chanteuse sonne d’une justesse folle. Jeanne Cherhal se livre complètement et fait son bilan entre confessions intimes, joies, doutes et expériences personnelles. 

Les textes sont forts, émouvants, mélancoliques et nostalgiques parfois. Le morceau Fausse Parisienne évoque le tumulte et l’étourdissement de l’arrivée dans la grande ville. Racines d’Or fait allusion aux ancêtres, César à la naissance de son fils. Il faut citer aussi Un Adieu, dernier morceau de l’album, dans lequel Jeanne Cherhal chante avec une très grande et belle émotion le départ de son ami Jacques Higelin. 

La force de l’album repose aussi dans sa production et ses arrangements plus que très aboutis. Le piano d’abord, son instrument évident et de prédilection est ici plus appuyé, plus puissant. Ses envolées et sa rythmique sont extrêmement belles sur chaque titre. Sur le remarquable morceau Soixante Neuf, chanson érotico-pop, ce piano est jubilatoire et virevolte en parfaite ritournelle totalement entêtante pour habiller (ou déshabiller ) un texte très intime. Chaque parole est élégamment appuyée par des mélodies et des harmonies délicates et intenses accompagnées et enrobées de cuivres, de flûtes et de chœurs gospels impeccablement placés. (Racines d’Or, Fleur de Peau, Le Feu aux Joues, Fausse Parisienne ). C’est délicieusement pop et absolument sublime. 

L’An 40 est un des albums les plus beaux de la rentrée. On a adoré l’adorer parce que…. tout ce que l’on sait, c’est qu’elle entre avec le sourire dans L’An 40. 

www.facebook.com/jeannecherhal

.

Written by

Disquaire un jour, disquaire toujours!! J'aime le rock, la pop, la chanson, le jazz, la soul, le... euh...bah tous les styles quoi. Mon 1er souvenir et choc musical était un album de Bruce Springsteen à l'âge de 8 ans et j'ai pleuré quand je l'ai vu sur scène la 1ère fois, presque 20 ans après!!! et.... je connais les paroles du Chanteur de Daniel Balavoine par coeur.

No comments

leave a comment