HomeFlashbackFlashback #101 : Saycet – Through the Window

Flashback #101 : Saycet – Through the Window

Saycet - Through the Window

Saycet - trio

« Lost in Dreams and Reality » ; tels sont les mots qui s’affichent sur le site de Saycet. Rien ne saurait mieux décrire l’univers poétique, entre onirisme et fragilité, de ce prodige de l’électronica. Mirage en a séduit plus d’un lors de sa sortie l’an dernier, mais qu’en était-il avant ? Remontons quelques années en arrière, en 2010 plus exactement, lors de la sortie de Through the Window, deuxième album du parisien Pierre Lefeuvre.

Quatre ans après le surprenant One Day At Home, entremêlement complexe et délicieux de sonorités, Saycet est de retour avec une deuxième production attendue de pied ferme. Entre temps, le musicien s’est entouré de la vidéaste Zita Cochet et de la chanteuse Phoene Somsavath afin d’étoffer comme il se doit un univers sonore déjà plein de ressources. Ajouter une voix par dessus des mélodies déjà riches ; le pari était risqué. Mais Saycet l’a relevé et le résultat en est d’autant plus plaisant.

L’album s’ouvre délicatement avec 15, titre instrumental au pouvoir attractif et fortement addictif. Dès les premières notes de piano, Saycet nous plonge dans un autre monde ; une dimension où le temps semble s’être stoppé pour nous permettre de savourer pleinement cet instant de grâce. Tout au long de ces douze titres, les sonorités- toutes plus complexes les unes que les autres – se rencontrent, se frôlent, et se mêlent afin de créer diverses textures musicales. Avec l’arrivée de Phoene Somsavath dès le deuxième morceau (Easy) nous atteignons une sorte d’apesanteur, d’état contemplatif. Fragile et touchante, cette voix nous envoûte et nous touche par sa légèreté, résonnant tel un murmure au creux de nos oreilles. Porté par des titres intelligents, oniriques et profondément humains, comme Bruyère ou We Walk Fast, Through the Window nous invite à lâcher prise et à voyager à demi-éveillés au cœur de ces émotions organiques. On se laisse envelopper par ce voile musical douceâtre et séduire par les savoureuses expérimentations sonores (And Mama Said It’s Amazing). Et ce, jusqu’à la délicate fin de A Night with Trees qui nous ramène doucement sur la terre ferme.

Avec Through the Window, Saycet nous ouvre grand les portes de son univers, balancement perpétuel entre rêve et fragile réalité, essayant ainsi de retrouver cette part d’enfance qui sommeille en chacun de nous. Une pépite musicale rare.

saycet.org
www.facebook.com/saycet
 
 

Written by

Etudiante, je suis une passionnée d'art, et plus particulièrement de musique et de cinéma. Attirée par le milieu du journalisme et de la communication, j'aime partager mes petites découvertes artistiques avec les autres.

No comments

leave a comment