HomeChroniquesLe « Palais d’argile » de Feu! Chatterton

Le « Palais d’argile » de Feu! Chatterton

feu!

Venu de nulle part il y a 6 ans, un morceau aux accents dub et à la voix fascinante nous percutait comme une comète. La Malinche, de Feu! Chatterton, venait de poser les jalons d’un style musical unique, un groupe ancré dans le présent avec une patine superbe. Deux albums ont prouvé la capacité du groupe à marquer le paysage culturel. Feu! Chatterton est de retour avec Palais d’argile.

Imaginez une séance de spiritisme au cours de laquelle Feu! Chatterton et le magicien des claviers, Arnaud Rebotini, auraient réussi à capter l’esprit de Bashung et l’impétuosité de François de Roubaix pour leur proposer un petit supplément d’âme à travers un voyage érigé en 14 titres. Ce Palais d’argile est simplement magique, un équilibre parfait où se côtoient electro, blues, guitare-voix et bien d’autres merveilles résolument modernes avec un coté rétro futuriste. Comme si Feu! Chatterton avait quelques années d’avances ; années qu’ils content avec un certaine mélancolie. Ici, on convoque des fantômes pour parler des vivants, les sons se mélangent avec la grâce d’une montre à gousset dans un roman de Zweig, on traverse des palaces qui s’écroulent comme une fin de civilisation. Jamais moralisatrices et aucunement tristes, les pistes glissent du Palais d’argile vers leurs destinées, empruntant à la poésie avec le magnifique Avant qu’il n’y ait le monde de William Butler Yeats, délicatement proposé à l’oreille de Feu! Chatterton par Noémie Lvovsky. Descente à pic quelques pistes plus loin avec Panthère et un son brut sans fioritures. Une fois en bas, on contemple le chemin parcouru, regardant ce palais virevoltant, mélange archaïque d’époques, de sons… Nous nous sentons saisis d’une envie incommensurable d’y retourner pour entendre une nouvelle fois.

Mais l’envoûtement ne s’arrête pas là. Le grandiose n’est pas que dans ce Palace d’argile aux accents de dandy mais également dans les sons qui l’habitent. Que dire de la qualité de production hallucinante de bout en bout, qui semble tutoyer les expérimentations illuminées des seventies. Que dire également de la prise de son, un travail de génie où les volutes, telles des fantômes, vous caressent de mille façons pour vous attirer dans de folles incursions. Enfin, les basses et leur profondeur, la vivacité de ces vagues venues du plus profond de la terre pour vous percuter avec une puissance divine. Comme dans un alignement de planètes, les talentueux musiciens du groupe posent leurs notes sur ce sol fertile… Écoutez ce disque dans le noir, au casque et vous comprendrez ce que le mot magie veut dire.

Feu! Chatterton sera en concert le 21 novembre 2021 à l’Olympia.

www.facebook.com/feu.chatterton

 .

Written by

Jeune homme de 43 ans (argh) cinglé de cinéma et de musique, j'aime partager et transmettre mes pépites et autres découvertes ! mes goûts peuvent aller de Wagner à NTM tant que la musique m'apporte une émotion ....

No comments

leave a comment