HomeChroniquesL’explosif Landmines Have Feelings Too de Staircase Paradox

L’explosif Landmines Have Feelings Too de Staircase Paradox

staircase-paradox-landmines-have-feelings-too

Forcément, quand l’année débute par la sortie d’un nouveau CD de Staircase Paradox, on ne peut que songer que celle-ci part sous les meilleurs auspices. Attention toutefois, car marcher sur Landmines Have Feelings Too pourrait s’avérer dangereux. On se souvient encore de la chanson Sunday Is, qui elle envoie plutôt directement à l’hospice. On en chante encore son refrain de jour, comme de nuit, depuis tant d’années, que l’on ne sait plus combien se sont écoulées.

SPDX prend le pari de démarrer cet EP par sa facette fantasmagorique. Terrific tips nous laissant planer, tandis que les étoiles nous entourent. On reconnait l’une de ses pattes dans cette approche. Qui d’ailleurs se rapproche, sans reprendre, celle d’un morceau d’un précédent disque. On sait évidemment lequel, mais l’on a envie que vous les écoutiez tous plusieurs fois, donc on n’en dira davantage. Néanmoins la formation est loin de seulement nous faire voguer dans cet univers sonore assez féérique, mais trouble à la fois. Elle sait appuyer à certains moments, avec sa faculté déjà amplement prouvée de balancer des séquences catchy. Bien que l’on sache qu’elle en était déjà fortement capable depuis ses débuts, chaque nouvelle sortie remet les compteurs à zéro. Et cette piste de départ prouve qu’elle a encore des idées.

Le ton devient finalement encore plus troublant au cours de Blurred horizon. Qui lui restera dans cette identité, nous portant dans son onirique univers. Qui sera éclaté en une quantité astronomique de particules dès la première seconde d’Advent calendar for Dogs. Méritant d’entrer directement N1 du Hit Machine, on devine rien qu’en étant derrière notre poste, que cette chanson de mi-parcours est le tube de Landmines Have Feelings Too. Ce qui ne signifie pas sa meilleure chanson, car c’est la globalité de celui-ci qui le rend fabuleux (oups, alerte révélation). Mais il s’agit de celle que le public en feu reprendra lors des concerts de Staircase Paradox. Les  » hey hey hey oh…  » s’avèrent une accroche démente, déjà bien installée dans nos têtes. Alors que son final rageur détone et étonne. On imagine y trouver aussi de quoi le reprendre en chœurs par toute une salle.

On continue sur la lancée des non-transitions, ce qui d’ailleurs fait écho à un autre CD de SPDX qui, à l’inverse, délivrait des pistes liées entre elles. Suite à ce terme enragé, on saute donc dans le calme très épuré de Joanie Whatsoever. Démontrant à nouveau la capacité du quartet à passer d’un style ou d’une interprétation à un(e) autre, avec une déconcertante facilité. Surtout que chaque approche est d’une immense qualité. Un peu tout cela se retrouve au beau milieu de Pending miracle. Un rythme plutôt posé durant un bon moment, avant de monter en vigueur. Deux spécificités fortes chez le groupe. Et une autre ne risquait pas de louper le coche, à savoir la conclusion grandiloquente. Cette dernière est tout bonnement énorme. Et sur celle-là on ne pourra accompagner le chanteur lorsqu’il la dégainera sur scène. Simplement car l’on ne peut concevoir que quelqu’un d’autre soit capable d’atteindre ce niveau. En réalité, SPDX n’en a même pas terminé avec nous. Cela figure aussi dans ses habitudes. Mais si vous n’êtes rôdé(e)s, nous vous conseillons forçons à écouter même après ce que vous croyez être l’ultime instant de l’EP.

Avouons que l’on craignait Landmines Have Feelings Too : la peur qu’un groupe génial ne sache se renouveler, le c’était mieux avant… Tous ces sentiments fusèrent en nous. Mais Staircase Paradox les balaie tous dès la première écoute. Et au bout de la 100e la sensation de fraicheur est toujours là, mais l’on y a depuis déniché de plus en plus de subtilités. Et ce n’est pas fini, il y a sûrement encore tant à trouver !

On vous laisse avec la vidéo de OneToo, tirée de l’EP Hand Shaking Heart Stopping Moment. En attendant le clip de Terrific Tips tourné à Tokyo, par Maxime Lauret et Pierre Lauret, avec la présence de Maiya Goshima.

www.facebook.com/spdxmusic

?

Written by

Situé musicalement entre Staircase Paradox et Ace of Base, en passant par le grind hip-hop. https://twitter.com/ratedRjoker https://www.facebook.com/INODratedRjoker