HomeInterviewsPrintemps de Bourges 2017 : Rencontre avec Naya !

Printemps de Bourges 2017 : Rencontre avec Naya !

IMG_1000

Découverte il y a quelques mois, Naya a accepté de répondre à nos questions lors de son passage au Printemps de Bourges. Elle nous parle de son futur EP annoncé pour début juin, de ses inspirations, de ce qu’elle pense d’être une jeune artiste, de ses racines…

.

   > Tu avais préparé un premier EP qui n’est finalement pas sorti, pourquoi ?

En fait, j’ai signé avec une maison de disque entre temps, du coup l’EP sortira début juin, mais remixé par Antoine Gaillet qui a fait le dernier Julien Doré et Valentin Marceau aussi, qui a fait le dernier Slimane. Il me tarde de la sortie.

.

   > C’est la maison de disque qui a décidé de remixé l’EP ou c’est toi qui avais envie ?

On en a parlé ensemble. C’était vraiment une décision qu’on a prise ensemble et moi je n’étais pas contre re-produire l’EP. Et je suis très contente. Il sonne différemment. C’est le même mais il sonne vraiment différemment.

.

   > Avec quelle maison de disques as-tu signé ?

Avec Sony Columbia.

.

   > Et c’est eux qui t’ont contacté ?

Oui. J’ai eu plusieurs propositions. En fait, j’ai donné un concert à La Boule Noire, à Paris, l’année dernière et suite à ma prestation j’ai eu pas mal de propositions de maisons de disques. Et j’ai signé en juillet avec Sony Columbia.

.

   > Tu es toujours toute seule sur scène ?

Oui.

.

   > Et ça ne te fait pas peur ?

Maintenant je m’accompagne de sons électroniques. J’ai des machines avec moi et ça occupe un peu l’espace aussi. Mais non, j’aime bien être toute seule, parce que je ne suis dépendante de personne et je peux moi-même tout gérer. Et ça c’est vraiment bien. Et pour les premières parties, c’est plus facile d’avoir une personne qui joue seule plutôt qu’un groupe entier.

.

   > Il y a moins d’installation à faire… Mais il faut quand même du courage et de l’énergie.

Exactement. Pour l’énergie oui, il faut tout le temps relancer. Mais je ne joue pas longtemps donc voilà…

.

naya

.

   > En live, tu as des créneaux courts parce que tu as moins de titres pour le moment ?

Oui, puis mon album n’est pas encore sorti. Mais c’est déjà vraiment bien.

.

   > Puis être programmé au Printemps de Bourges, ce n’est pas rien… Comment as-tu fait pour être programmée d’ailleurs ?

C’est mon tourneur, Corida, qui me trouve plusieurs dates. Je joue aussi au We Love Green à Paris et à Garorock. Il y a plein d’autres festivals qui vont être annoncés prochainement. Ça va être chouette.

.

   > Est-ce que certains professionnels te regardent différemment parce que tu es un peu jeune ?

Non. Ils me prennent vraiment au sérieux et ça c’est vraiment bien parce que je suis la première à dire « mais arrêtez, je suis jeune mais je fais de la musique comme tout le monde, peu importe l’âge ». Je pense aussi à Petit Biscuit, on a le même âge et je trouve ça bien qu’on s’impose comme ça. On est jeunes mais on a quand même des messages à faire passer. Mais pour l’instant personne ne m’a fait la réflexion.

.

   > C’est quoi le message que tu aimerais faire passer ?

Dans mes textes et notamment dans Great Ocean Road, mon single qui sort la semaine prochaine et qui est remixé par Valentin Marceau, avec une jolie vidéo, je parle de l’idée d’évasion. J’adore, depuis que je suis toute petite, me balader à vélo. J’habite à Bordeaux, près de la côte Atlantique, et je voulais vraiment écrire une chanson sur ça. Et Great Ocean Road parle de ça, de balades au cœur de la forêt. Et aussi Blossom, qui en anglais veut dire floraison, éclosion, c’est un peu ma naissance en tant qu’artiste. C’est un peu ce message-là : je suis jeune et écoutez-moi.

.

    > La nature t’inspire beaucoup ?

Oui beaucoup. Et aussi tout ce qui est la rêverie. Et d’ailleurs mes prochaines chansons qui seront sur mon premier album parlent de ça.

.

   > Tu as participé à The Voice Kids, qu’est-ce que cela t’a apporté ? Tu sens une différence depuis ta participation ?

Oui évidemment, parce que c’est quand même une expérience assez incroyable de se retrouver sur une scène avec des millions de téléspectateurs. Tu sais qu’il y a des gens qui te regardent derrière leur écran et c’est vraiment différent de regarder la télévision et d’être vraiment dans l’écran… c’est une expérience énorme. Surtout que je suis allée jusqu’en finale et c’est vraiment en direct. Ça fait pourtant 2 ans que je l’ai fait et je n’ai pas encore de mots pour le décrire tellement c’est une expérience unique et je pense que ça m’apporte beaucoup sur scène. Maintenant j’ai plus confiance en moi et je suis encore plus dans mes chansons. J’ai une autre présence sur scène.

.

   > Si tu avais un conseil à donner à des jeunes qui voudraient faire cette émission, ce serait quoi ?

De tenter, d’envoyer des vidéos, parce que les sélections se font sur vidéos. Moi ils m’ont carrément appelée pour me proposer de faire l’émission mais normalement on doit envoyer des vidéos. Et je pense qu’il faut persister et même si ça ne marche pas la première fois, il faut vraiment continuer, parce que c’est une expérience vraiment enrichissante. Ça peut ouvrir des portes.

.

   > Tu faisais déjà pas mal de musique avant ?

Oui. Je faisais même des concerts, je composais déjà. Mais il y a un avant et un après. C’était juste une expérience comme ça mais ça m’a beaucoup apporté.

.

   > Te souviens-tu de la première chanson que tu as composée ?

Oui, c’est The Big Apple, qui est encore disponible sur le net et qui parle de mon premier voyage à New-York. Mon père m’avait filmée dans la Big Apple et on l’avait postée sur Internet. C’était ma première chanson que j’ai composée.

.

   > Tu la chante encore en concert ?

Non, je ne la chante plus. Maintenant c’est Jukebox qui est sorti, avec un clip à Amsterdam et cela fait deux ans.

.

   > Justement Jukebox commence par des paroles dans lesquelles tu dis que tu te sens un peu à part par rapport aux gens de ton âge. C’est quelque chose que tu ressens ?

Oui. Je vais encore au lycée, en première littéraire et j’ai toujours ressenti un décalage avec mes copines parce que je suis jeune, je joue sur des scènes, je côtoie aussi beaucoup de monde, donc parfois il peut y avoir des décalages. Et je parle beaucoup de ça dans mes chansons mais il y a toujours eu ce décalage, tout le temps, que ce soit à l’école primaire ou maintenant au lycée.

.

   > Tu as l’air assez soutenue par ta famille ?

Oui, mes parents sont musiciens. Mon univers familial m’a beaucoup influencée et c’est grâce à eux que j’en suis là. Ils me suivent dans mon projet et ils sont tout le temps avec moi. Et c’est super, je suis très contente de les avoir avec moi.

.

   > D’ailleurs ton père et ton oncle ont fait des arrangements sur l’album ?

Oui, ils m’ont même accompagnée sur scène. Juste après The Voice Kids j’ai donné plusieurs concerts dans ma région notamment à Libourne, au Liburnia qui est le théâtre de ma ville, et oui ils m’ont accompagnée et ont fait quelques arrangements sur l’album. Maintenant il a été remixé donc il y a aussi d’autres personnes qui interviennent, mais oui c’est vrai, ils ont participé.

.

   > C’est bien d’avoir le soutien de sa famille, mais est-ce que c’est toujours simple de travailler avec ?

Oui, pour moi ça a toujours été simple parce que mes parents sont dans le milieu de la musique donc ils comprennent. Parfois il n’y a même pas besoin de parler, on le sait. Même en studio on se comprend, donc c’est hyper facile.

.

IMG_0998

.

   > Est-ce qu’il y a des artistes avec qui tu aimerais collaborer ?

J’adore un artiste qui s’appelle Jake Bugg, qui vient de Nottingham, en Angleterre. Il m’a beaucoup influencée et inspirée. C’est grâce à lui aussi que je joue comme ça, que je chante comme ça, parce qu’il est extraordinaire. Je n’ai juste pas de mots pour le décrire et j’adorerais composer, rentrer en studio avec lui ou même juste pouvoir enregistrer un morceau avec lui, ce serait énorme, vraiment. J’adore Daughter aussi. Je ne l’ai jamais vu sur scène mais j’ai vu des lives sur Internet et c’est fantastique ; beaucoup d’émotions. Je m’inspire de ces artistes, même pour mon live. Essayer de faire passer autant d’émotions, c’est génial, donc je travaille…

.

   > On entend souvent parler de groupes qui se forment au lycée. Tu n’as pas, dans ton entourage, des gens qui font de la musique ?

 J’ai déjà tenté de jouer avec un batteur et un bassiste. Ça n’a jamais fonctionné comme je voulais. J’aime bien être toute seule sur scène pour l’instant. Il n’y a pas tellement de gens dans mon lycée qui jouent de la musique et c’est dommage d’ailleurs, je les incite vraiment à prendre des cours.

.

   > Mais est-ce qu’à Libourne ça bouge beaucoup niveau musique ?

Je ne commenterai pas (rire). Peut-être qu’à Bordeaux il y a plus de musiciens. Je ne sais pas. Pourtant il y a beaucoup d’écoles de musique sur Libourne mais pas dans mon lycée, c’est vraiment dommage. Je regrette.

.

   > Es-tu passée par une école de musique ?

J’ai commencé le piano à six ans au conservatoire. Mais la guitare non, je l’ai fait en autodidacte. Et la batterie aussi, par une école de musique, mais j’ai vite arrêté. Sur Internet, on a accès à tellement de cours en ligne donc j’ai les bases. Grâce au conservatoire je sais lire une partition mais pour l’instant ça ne me sert plus. Si un jour j’ai envie de reprendre, peut-être que je reprendrai.

.

   > Puis ça te permets aussi de trouver ton propre style…

Oui exactement. Puis cela vient aussi de ce que j’écoute, de mes influences. Je parlais de Jake Bugg ou Daughter, c’est un univers assez particulier qu’il n’y avait pas au conservatoire malheureusement.

.

   > Aimerais-tu savoir jouer d’autres instruments ?

J’adorerais, depuis que j’ai commencé le piano, jouer du violoncelle. C’est un très grand instrument, mais peut-être qu’un jour… Et j’aimerais bien en avoir sur mon album. J’adore les cordes. J’aimerais beaucoup en avoir en arrangements sur mes prochaines chansons.

.

   > Tu n’as pas encore eu l’occasion de le faire ?

C’est ça. Je connais des gens qui en jouent, qui n’ont pas mon âge, mais oui, peut-être que ça se fera. J’aimerais en tout cas.

Merci à Naya pour cet échange très enrichissant !

 

 

IMG_0993

Photos © Laure CLARENC & Margaux CHETTEAU

Written by

Actuellement chargée de communication, je me passionne pour la musique, son histoire, son évolution. Je cours les concerts et je chine les vieux vinyles. Je passe des heures à découvrir de nouveaux sons.

No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.