HomeNewsQuand Emel Mathlouthi reprend David Bowie

Quand Emel Mathlouthi reprend David Bowie

EMEL

Un an après la sortie du très acclamé Everywhere We Looked Was Burning, Emel Mathlouthi a créé la surprise en annonçant la venue d’un nouvel opus le 23 octobre prochain. Pour nous mettre l’eau à la bouche, la chanteuse tunisienne installée à New York en a dévoilé quelques extraits. Après Holm, il est désormais temps de découvrir sa version du titre The Man Who Sold The World de David Bowie.

Le confinement a été pour beaucoup d’artistes un moment propice à l’inspiration et à la création. Cela a notamment été le cas pour Emel, qui avait temporairement quitté New York pour revenir dans sa maison familiale en Tunisie où elle est a été confinée. Libérée de toute obligation, entourée par sa fille et son père, et envahie par les souvenirs de sa maison d’enfance, Emel a commencé à composer un tout nouvel album intitulé The Tunis Diaries. Loin de son groupe, de ses collaborateurs et de son matériel, Emel a ainsi créé une oeuvre personnelle, qui lui ressemble : à la fois belle, fragile et puissante.

Équipée seulement d’un ordinateur, d’un magnétophone et d’une guitare, Emel a composé un album en deux parties : Day et Night. La première comprend des réenregistrements de morceaux de son catalogue, tandis que la seconde propose de jolies reprises. C’est ainsi que l’on peut découvrir son interprétation du titre The Man Who Sold The World de David Bowie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Emel a su se réapproprier le morceau pour nous en dévoiler une version tout à fait singulière et personnelle.

On ne vous en dit pas plus, et on vous laisse savourer ce beau moment, ponctué par des envolées vocales qui vous feront frissonner d’émotion.

.

www.emelmathlouthi.com

www.facebook.com/pg/E.Mathlouthi

.

Written by

Etudiante, je suis une passionnée d'art, et plus particulièrement de musique et de cinéma. Attirée par le milieu du journalisme et de la communication, j'aime partager mes petites découvertes artistiques avec les autres.

No comments

leave a comment