HomeChroniquesSALT et la power pop accrocheuse de « The Loneliness of Clouds »

SALT et la power pop accrocheuse de « The Loneliness of Clouds »

SALT

Avis aux amateurs de power pop ! Tendez l’oreille et savourez quarante minutes de musique aussi énergique que mélodieuse avec The Loneliness of Clouds, le premier album de SALT.

C’est en 2016 que se sont regroupés sous le nom de SALTKen Stringfellow, Anton Barbeau et Stéphane Schück, rapidement rejoints par les compagnons de route de Stéphane : Fred Quentin à la basse et Benoît Lautridou à la batterie. Pourtant, à première vue, rien ne semblait pouvoir relier des chanteurs et musiciens californiens (Ken Stringfellow et Anton Barbeau) à des médecins français (Stéphane Schück et Fred Quentin). Rien excepté Scott Miller, grand nom de la power pop et leader de Game Theory et de The Loud Family, qui s’est tristement donné la mort en 2013. En effet, en tant que producteur, Ken Stringfellow a travaillé sur Supercalifragile, l’album posthume de Game Theory, tandis que Stéphane Schück avait rencontré Scott dans le cadre d’une interview avant de faire de la musique avec lui. C’est donc à l’occasion des sessions de Supercalifragile, qu’ils ont fait connaissance, donnant ainsi naissance à SALT. En 2017, la formation commence à travailler sur son premier album, navigant pour ce faire entre Paris, Berlin et les studios londoniens d’Abbey Road. Mais ce n’est que trois ans plus tard que nous pouvons enfin tenir l’opus entre nos mains. The Loneliness of Clouds est dans les bacs, et autant vous dire que c’est un régal pour les oreilles.

Comme annoncé dès le premier titre, A Song for Jerome, SALT fait se rencontrer et fusionner la power pop des années 80 et la société actuelle tournée vers la course à la technologie et la mondialisation. Le groupe nous invite à porter un autre regard sur le monde qui nous entoure, à l’image du travail visuel de Jérôme de Missolz, réalisateur au centre de la chanson de SALT. En ce sens, le livret soigné de The Loneliness of Clouds et le clip de Miracle Soul Pow(d)er se complètent bien et illustrent l’étendu de l’univers de SALT : ces visions du monde capturées en noir et blanc, et un clip où fusent quelques images colorées à l’allure pop. L’univers et la musique du groupe sentent bon la folie des Beatles, les guitares des Smithereens et l’audace de Game Theory. Le rythme est rock mais ponctué par les effets pop des synthés comme sur Plastic Future Plans ou sur l’excellent et original Shiny Leather Sun. La voix d’Anton Barbeau est claire et entraînante et on retiendra tout particulièrement le percutant et entêtant Some Strange Vision. En résumé, The Loneliness of Clouds est un album accrocheur, et maîtrisé de bout en bout !

Il ne nous reste plus qu’à attendre patiemment de pouvoir découvrir SALT sur scène, en espérant que l’occasion se présente rapidement ! A noter également que la formation travaille déjà sur un deuxième album… Affaire à suivre !

.

www.facebook.com/SALT-page-667374133448286

.

Written by

Etudiante, je suis une passionnée d'art, et plus particulièrement de musique et de cinéma. Attirée par le milieu du journalisme et de la communication, j'aime partager mes petites découvertes artistiques avec les autres.

No comments

leave a comment