Earworm : le singulier premier album de Paradoxant

Sorti un peu plus tôt au mois de mars, Earworm est le premier album de Paradoxant, side-project d’Antoine Meersseman, accompagné par Romain de Ropoporose et Antoine de Monolithe Noir.

Projet singulier, Paradoxant se révèle particulièrement difficile à décrire. La première écoute d’Earworm surprend autant qu’elle passionne. Il n’est pas tellement question de s’émouvoir, mais plutôt de se laisser guider, happer par tant de sons, de textures, d’inventivité. Comme une collision sonore, cet album offre une richesse artistique qu’il pourrait être attirant d’analyser, de comprendre, de décortiquer, mais de bout en bout, cette production offre surtout un moment de surprise, illustré par des mélodies aux atmosphères changeantes, parfois froides, parfois angoissantes mais toujours denses, intrigantes et étrangement attirantes.

Earworm est un album composé de neuf pistes, qui offre plus de 30 minutes de musique venant dessiner l’important travail de construction, déconstruction, transformation, réalisés par ces trois artistes venus d’univers différents. Ce qui frappe, outre la richesse sonore, c’est l’ingéniosité qui se cache derrière chacune des pistes. Il ne s’agit en aucun cas de fourre-tout sonore mais bien d’un univers mûrement pensé et arrangé, qui atteste d’une certaine fragilité, mais aussi et surtout, d’un talent indéniable et d’un sens de la composition bien maîtrisé.

Il serait bien rapide de réduire Earworm aux simples termes d’expérimentation sonore. S’il s’agit bien là d’un défi pour Antoine et ses deux amis, il est surtout question d’une œuvre qui pousse à l’ouverture, provoque l’inattendu et apporte une sympathique note de folie, de bizarrerie et de nouveauté. Plutôt bienvenue et indispensable.

Pour accompagner la sortie de l’album, le clip de Faster, 7ème piste de la production, a également été mis en ligne. Signée Thibaut Charlut et Elsa Truscello, la vidéo réussit avec brio la mise en image de l’univers peu commun de Paradoxant, tout en révélant davantage la fragilité qui s’en dégage et en offrant une dimension émotionnelle plus marquée. Bien plus que surpris et intrigués, nous voilà aussi touchés.

www.facebook.com/paradoxant