ESINAM dévoile son onirique premier album « Shapes in Twilights of Infinity »

Des sons qui dépassent les frontières, des notes qui invitent à la sérénité et des mélodies oniriques : ESINAM a trouvé l’alchimie parfaite, celle qui transforme onze morceaux en un tout aussi cohérent que beau. Si vous avez quelques doutes, alors n’attendez pas plus longtemps et partez à la découverte de Shapes in Twilights of Infinity, son premier album disponible depuis ce vendredi 03 septembre.

Tout commence à Bruxelles : c’est là que la jeune belgo-ghanéenne Esinam Dogbatse développe une passion pour la musique. D’abord attirée par les percussions, et notamment le tama (tambour originaire d’Afrique de l’Ouest), elle se tourne ensuite vers le piano. Mais pour cette voyageuse, c’est finalement la flûte qui se révèlera être l’instrument idéal ; celui que l’on transporte avec nous et, surtout, celui qui parle, qui vient chatouiller le creux de nos oreilles grâce à ses notes si reconnaissables et sensibles. Forte de ses différentes expériences, ESINAM acquiert une casquette de multi-instrumentiste et n’hésite pas à faire ses premiers pas sur la scène musicale en tant que one woman band : équipée de son looper, elle compose seule sur scène des titres à la richesse instrumentale fascinante. Très vite repérée pour ses talents, elle sort un premier EP en 2018, avant de franchir le cap du format long avec Shapes in Twilights of Infinity.

Pour ce premier album, ESINAM a expérimenté, tant sur le plan de la composition que sur celui de l’enregistrement : seule dans son home studio, ou accompagnée de trois musiciens – Pablo Casella (guitare), Axel Gilain (basse électrique, contrebasse, moog) et Martin Méreau (batterie, vibraphone) – elle laisse parler sa liberté. De cette audace sont nés onze morceaux oniriques, énigmatiques et exotiques, navigant entre sonorités acoustiques et électroniques. On entre progressivement dans la danse avec les notes futuristes du Prologue, avant de s’éveiller à la vie et au monde sur Morning Memories. On voyage sur Flowing River où le Sud-africain Sibusile Xab nous envoûte par sa voix ; on s’envole sur les premières notes éthérées de Birds Fly, et on rêve sur l’aérien et magnifique Let It Be. ESINAM a le sens du détail ; elle sait ajouter cette petite touche qui fait la différence et nous transporte ailleurs. Et tout le long de ces titres, la flûte remplace la voix, nous charme, nous réjouit et nous touche. Shapes in Twilights of Infinity est une grande réussite et témoigne d’un talentueux sens de la composition, et ce jusqu’à l’Epilogue qui nous tire doucement de cette douce et délicieuse torpeur dans laquelle nous étions plongés pendant près d’une heure.

Il ne nous reste plus, désormais, qu’à vous conseiller de découvrir ESINAM sur scène lors de ses quelques dates françaises. Elle sera à Locquignol le 25 septembre, à Bagneux le 23 janvier, et au Pré Saint-Gervais le 18 février.

https://www.facebook.com/Esinamdogbatsemusic/