Joy Denalane dévoile l’élégante version deluxe de « Let Yourself Be Loved »

Motown. A lui seul, le nom de ce label pique notre curiosité. Il faut dire qu’en plus de soixante ans, l’empire musical de Berry Gordy a révélé un nombre incontestable de nouveaux talents, et soutenu les plus grands noms de la soul. Parmi eux, la talentueuse Joy Denalane. Alors qu’elle nous avait séduits en septembre dernier avec la sortie de son cinquième album Let Yourself Be Loved, elle revient ce vendredi 03 septembre avec une version deluxe, agrémentée de nouveaux et délicieux morceaux.

C’est au milieu des disques soul, jazz et funk de son père que Joy Denalane a grandi, se forgeant un goût et une culture musicale qui ne la quitteront plus. En devenant chanteuse, c’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée vers ces musiques, sans pour autant s’enfermer dans un cadre trop limité. C’est ainsi que son premier album Mamani l’a envoyée en quête des racines sud-africaines de son père, dans son pays d’origine où elle a collaboré avec les musiciens locaux, tandis que Born & Raised a été l’occasion d’explorer les recoins de la musique R’n’B. Avec Let Yourself Be Loved, Joy Denalane est revenue à la soul qui a bercé son enfance, et plus particulièrement la période de la fin des années soixante à 1973 ; époque à laquelle la soul s’est étoffée d’un discours politique et social.

Le temps de onze chansons, l’opus nous avait troublés et séduits en 2020, nous plongeant avec nostalgie et bonheur dans ces grandes années musicales. Si Let Yourself Be Loved ne jouait pas la carte de l’originalité, il empruntait – avec brio – le chemin de la sincérité et de l’émotion brute. Loin d’être un fade hommage à des étoiles comme Marvin Gaye, Stevie Wonder ou Aretha Franklin, l’album trouvait sa propre raison d’être et son son, parfaitement élaboré d’un bout à l’autre, était un régal. Un an après, le plaisir de l’écoute ne s’est pas effacé, et les cinq morceaux qui se sont ajoutés à la version deluxe le rendent encore plus incontournable. Véritable coup de coeur, Forever, nous plonge cinquante-cinq ans en arrière dans les légendaires studios d’enregistrement Motown Hitsville à Detroit. Il faut dire que Joy Denalane s’est entourée du producteur Di Gioia, pianiste jazz de grande renommée, et que celui-ci n’a pas fait les choses à moitié puisqu’il est parti à la recherche d’une Fender Precision Bass de 1966, modèle utilisé pour les grands enregistrements de Motown. Pas étonnant, donc, que l’album sonne aussi juste. Alors, ajoutait à cela la voix puissante et envoûtante de Joy Denalane, et vous obtiendrez le cocktail musical parfait pour accompagner cette rentrée !

https://www.facebook.com/joydenalane

Photo (c) 2020 Bennie Julian Gay