Le premier album de Girl in red est disponible

Cela fait quelques mois que nous parlons de la sortie du premier album de l’artiste norvégienne Girl in red. Annoncé dès le mois d’avril 2020 par la sortie du titre Midnight Love, ce premier album, intitulé If I could make it go quiet, est à la hauteur de nos attentes, et bien plus encore.

Depuis la sortie de ses premiers titres en 2018, Girl in red ne cesse de nous séduire avec des morceaux faisant écho à son vécu, portés par un besoin brûlant de mettre des mots sur des sentiments, des émotions. Quatre années après la sortie de Summer depression et avec son premier album fraîchement disponible, l’artiste norvégienne nous offre la possibilité de profiter de ses nombreux talents : celui pour l’écriture de textes percutants, celui pour la composition de mélodies terriblement efficaces ; ce talent qui nous touche, nous fait nous sentir concernés et nous bouscule, tel l’effet d’une petite bombe émotionnelle.

Avec If I could make it go quiet, Girl in red met ses émotions en chanson et livre onze morceaux bruts, denses, balançant entre indie-rock et pop alternative. Dès la première piste, Serotonin, Girl in red annonce la couleur. If I could make it go quiet sera fort, rapide, musclé. Et cela se confirme dès la seconde piste, Did You Come?, un titre coup de poing, qui frappe fort. La suite n’est pas moins docile. Body And Mind surprend avec un changement de rythme et de style mais conserve une force indéniable et hornylovesickmess à ce petit quelque chose d’envoûtant, à la fois lumineux, mélancolique et émouvant. L’émotion perdure avec un Midnight Love désormais incontournable, véritable titre phare de ce premier album, avant de laisser la place à You Stupid Bitch, autre morceau percutant qui s’inspire d’une amitié compliquée. Puis, de Rue à It would feel like this, la dernière piste de l’album, Girl in red continue de nous emporter au cœur d’une cascade d’émotions, toujours avec énergie, détermination et presque avec violence. Avec If I could make it go quiet, Girl in red raconte l’être humain dans toutes ses complexités, n’omettant aucune douleur, interrogeant sa propre condition d’être vivant, d’être qui ressent.

Mais bien loin d’être un album triste et accablé, If I could make it got quiet est une production incroyablement vivante, qui touche mais n’oppresse pas, qui bouscule mais n’écrase pas. Girl in red parle d’amour, d’amitié, de santé mentale, interroge et accueille. Jusqu’à la dernière piste, jusqu’à la dernière note, la norvégienne nous maintient dans ses filets, simplement retenus par la force de ses paroles et la vigueur de ses mélodies. Le dernier titre, purement instrumental, apporte le point final inattendu mais si bien apposé. La rencontre du piano et des cordes comme conclusion, à l’image de tout l’album : émouvant, puissant, élégant.

www.facebook.com/girlinred