Les Rockomotives 2021 : Focus sur Bantam Lyons

Avec un nom qui invoque James Joyce (Ulysse) et des influences aussi variées que Joy Division ou Clinic, nous aller tenter de percer le mystère Bantam Lyons.

On dit souvent que les arts sont perméables. En 2012, deux amis de lycée Brestois se retrouvent à devoir composer la musique d’un court métrage. Relevant le défi, ils décident de s’allier à deux autres compères issus de Baston, un groupe Rennais. L’expérience est positive et tous les quatre ne se séparent plus. Bantam Lyons est né, le court métrage, lui, ne verra jamais le jour.

Quelques mois plus tard, riche de leur collaboration, un EP sort et les dates commencent à tomber. Bantam Lyons se fait un nom dans le milieu du rock. Mariage improbable entre le coté mélodieux de Mogwaï et l’énergie de Slowdive, la musique de Bantam Lyons est singulière et inclassable.

Les EP se suivent mais ne se ressemblent pas. Melatonin Spree, le premier LP sort en 2016. Mélancolique et noir, Melatonin Spree est un album cathartique. Les tournées passent de la France à l’Europe, et après une attente de cinq ans, les voici de retour avec Mardell, leur second LP qui respire à plein nez le post punk.

À l’occasion de la sortie de Mardell, disponible depuis le 15 octobre, Bantam Lyons jouera le samedi 23 octobre à la Chapelle Saint Jacques de Vendôme, aux côtés de Péroké, de Yes Basketball et de Képa, pour une soirée d’anthologie dans le cadre des 30 ans du festival des Rockomotives. Rendez-vous à partir de 19h. Entrée libre.

Pour consulter la programmation complète du festival, cliquez ici.

www.facebook.com/BantamLyons