Pepper White nous régale avec « The Lonely Tunes Of Pepper White »

Une élégance rétro qui force le respect, des guitares endiablées et un piano jazzy ; la recette Pepper White semble, à première vue, simple, mais elle cache en réalité un travail de songwriting maîtrisé, un sens du rythme indéniable et, surtout, un amour musical contagieux. Avec son premier album The Lonely Tunes Of Pepper White, dans les bacs depuis le 17 septembre dernier, le Rennais fait une entrée fracassante sur la scène musicale. On vous en dit plus sur cet opus qui devrait faire parler de lui pendant un petit moment…

Il y a d’abord eu The Madcaps, ce groupe de rock aux lives aussi bons que les enregistrements. Après un joli parcours, la formation s’était séparée, laissant derrière elle de bons souvenirs musicaux et des fans attristés. Thomas Dahyot avait alors rangé ses médiators mais, l’appel de la musique étant trop fort pour être ignoré, il les a repris pour composer dix titres accrocheurs sous le nom de Pepper White.

Avec son premier single Lonely For Too Long, Pepper White avait annoncé la couleur : son projet solo flirtera aussi bien avec la musique de Velvet Underground de 69 et les intonations de Lou Reed, qu’avec le jazz de Nat King Col (Still In Love With You) et le blues (Time Has Gone By). Avec ce morceau, il nous avait aussi fait entendre l’importance du piano, dont on retrouve toute la classe sur Still In Love With You et son ambiance feutrée. Mais les guitares ne sont pas en reste non plus, nous entraînant sur le dansant Rom Com et nous séduisant sur le nonchalant Fuckside Down. Quant à la rythmique marquée de Lockdown, celle-ci repose sur une ligne de basse lancinante et agréablement entêtante.

Mais The Lonely Tunes Of Pepper White, ce n’est pas seulement une excellente instrumentation ; c’est aussi une jolie écriture introspective et touchante comme sur le calme et émouvant Needed to Cry. Avec ce premier opus, Pepper White nous offre une belle palette de couleurs au spleen savamment dosé, capable de nous plonger dans le langoureux Home Alone On A Saturday Night, autant que de nous emporter dans une folle chevauchée aux airs de western sur The Ballad Of Pepper White.

On adhère et on adore, du début jusqu’à la fin !

www.facebook.com/PepperWhiteMusic