Saycet dévoile « Solaris » accompagné d’un court métrage d’animation

Musicien, compositeur et producteur incontournable de la scène électronique française, Saycet rythme le paysage musical depuis maintenant quinze ans. Ces derniers mois, le Parisien semble s’être découvert un nouvel intérêt en jouant sur les relations entre musique et image et, après plusieurs bandes originales pour le petit et le grand écran, il nous dévoile désormais son nouveau morceau Solaris, accompagné par un véritable court métrage d’animation signé Julie Joseph.

En 2005, Pierre Lefeuvre faisait une très belle entrée dans le monde musical sous le nom de Saycet avec son premier album One Day At Home et ses mélodies mélancoliques et oniriques. Les années ont passé, les nouveaux disques avec, et cet artiste touche-à-tout s’est petit à petit imposé comme l’un des grands noms de l’électronique au sein de l’Hexagone. En 2015, il nous avait de nouveau bluffés avec Mirage dont les envolées musicales résonnent encore au creux de nos oreilles, comme le piano majestueux de Northern Lights. S’en sont suivies quelques années plus calmes avant que Saycet fasse son retour en 2019 avec la bande originale du film Un Vrai Bonhomme (Benjamin Parent), marquant une nouvelle étape dans la carrière de cet artiste expérimenté : celle d’un travail de composition de musique à l’image. La Révolution (série Netflix), Bastard Lion (documentaire de Owen Prümm)… : les projets se sont enchaînés à la vitesse de l’éclair pour le Parisien qui, de son côté, a continué à nous dévoiler ses compositions personnelles avec Mother et Father. Rien ne semble arrêter l’élan créatif de Saycet qui prépare désormais des compositions pour le long métrage Mi Lubita de Noémie Merlant, ainsi que son nouvel album Layers dont on peut désormais découvrir le titre Solaris.

Avec ce nouveau morceau, une osmose se crée entre la musique de Saycet et les images animées de Julie Joseph. On y retrouve la signature de Saycet avec une musique qui gagne progressivement en intensité jusqu’à exploser dans un tourbillon aux allures épiques. Entre ambient et club, Solaris nous tient en haleine, le tout renforcé par l’onirisme du court métrage. Sans limites, cette animation, associée à l’instrumentation, nous plonge dans un univers surréaliste aussi mystérieux et inquiétant que poétique et fascinant. Au sein d’une ville fantôme et futuriste, une cité où le soleil ne se lève jamais, d’étranges personnages prennent vie sous nos yeux pendant quatre délicieuses minutes.

Il ne nous reste plus qu’à patienter pour découvrir toutes les surprises, aussi bien musicales que visuelles, que nous réserve Saycet avec Layers.

www.facebook.com/saycet

http://pierrelefeuvre.com/s-a-y-c-e-t