The Green Flamingos débarquent avec l’ensorcelant « In the Witching Hour »

L’heure de la sorcellerie a sonné ! Après en avoir eu un avant-goût avec les clips de Will You Be My Friend ? et de In The Witching Hour, le nouvel album de The Green Flamingos est enfin dans les bacs. Alors, sans plus attendre, lumière sur un opus aussi captivant que séduisant.

Découverts en 2015 avec un premier EP suivi, deux années plus tard, par le long format The Southern Oracle, les Suisses de The Green Flamingos semblent avoir un beau parcours qui se dessine devant eux. Pour leur nouvel opus, ils ont décidé de pousser l’expérience encore plus loin en le sortant sous leur propre label, fraîchement créé, The Southern Oracle Records. Et c’est au Back To Mono Studios à Lyon qu’ils ont posé leurs bagages pour enregistrer les dix titres de In the Witching Hour, sous la houlette de Christian Hierro.

A l’image de My Dear, qui se présente comme une lettre d’amour, d’espoir et d’encouragement d’un parent à ses enfants, tout l’opus de The Green Flamingos se veut un remède efficace contre les maux de la vie. Et ces maux à guérir sont nombreux comme la dépendance aux réseaux sociaux (Will You Be My Friend, Give It A Chance) ou la rupture amicale (Bring On The Sun). Mais si les paroles dépeignent une société qui n’est pas toute rose, elles ne sont jamais décourageantes pour autant. Bien au contraire, elles invitent à se battre pour un avenir meilleur, pour les libertés (Red Velvet Moon), pour les droits des femmes (In The Witching Hour), et pour parvenir à se reconstruire grâce à la résilience (Our Tales Of Sand). Comme pour joindre le geste à la parole, la musique de The Green Flamingos encourage, elle aussi, à garder la tête haute et aller de l’avant avec des morceaux entraînants où la guitare et les claviers se font lumineux, tandis que la batterie nous transmet toute son énergie positive. Avec ce deuxième opus, le groupe nous embarque dans un voyage musical à mi-chemin entre soul, pop et musique psychédélique ; un périple introspectif et cathartique guidé par une ensorcelante voix de velours. Car c’est bien là que réside tout le pouvoir guérisseur du groupe : dans cette voix pêchue et caractérielle qui nous tient entre ses griffes, et dans cette musique aux allures de sorcellerie nocturne comme l’instrumental Cold Night and City Lights. La magie opère, et nous voilà requinqués. Mais ce n’est pas parce que les Suisses nous poussent à avancer en direction d’un futur meilleur qu’on ne peut pas, de temps en temps, se laisser aller à un brin de nostalgie. Et c’est ce que les Green Flamingos font avec We Will Be Allright, évoquant la nostalgie après un déménagement, et sur Abby et ses souvenirs des années estudiantines. Deux titres qui viennent joliment nuancer l’album, lui conférant une profondeur supplémentaire.

In The Witching Hour est une réussite, et il nous tarde de pouvoir reprendre le chemin des salles de concert pour le (re)découvrir en live !

www.thesouthernoraclerecords.com

www.facebook.com/The-Green-Flamingos-492662357461187

Photo © Cristiano Bucek